Doracor Official Website | Antiche impressioni - Page 3

Doracor Official Website

New Italian Progressive Rock

Et de trois pour le multi-instrumentiste italien qui frappe décidément très fort quand on se souvient que le premier disque était sorti il y à peine deux ans. Multi-instrumentiste? Plus vraiment, car outre quelques vocaux (rares, mais bons et chantés en italien) il s'est adjoint un guitariste électrique et un second en acoustique. Musicalement on reste dans la lignée des précédentes oeuvres, à savoir un symphonisme au grand teint, aux claviers omniprésentes, qui prend une ampleur et une richesse nouvelle sur l'hénaume suitede près de 40 minutes qui donne son titre à l'album. Toujours ce moog à la  Tony Banks, encore ces sons d'orgues enchanteurs et cette musique qui s'envole vers les sommets du lyrisme, tempérée par d'excellents interventions de guitare et les superbes vocalises de Dea, la soprano. Une grande variété de thèmes imprègne la musique, de la flamboyance la plus insolente, jusqu'à l'émotion des passages les plus introspectifs et les plus mélodiques. C'est sans conteste le meilleur album de Corrado Sardella (le maître d'oeuvre qui se cache derrière  Doracor), et pourtant, j'ai beau ré-écouter ce disque, me laisser bercer par ces sons diversifiés de claviers qui me rappellent les meilleurs moments de l'ami  Banks, je ne peux m'empêcher d'être agacé par cette putain de batterie électronique. Ce n'est pas qu'elle soit mal programmée, ce n'est pas du 4/4 bête et méchant, mais que voulez-vous, je n'y peux rien: ce son métronomique me gâche l'instant musical. Le gros problème vient de la splendeur de la musique jouée: une musique totalement électronique, visant l'hallucinatoire ou l'ambiance, s'accomode très bien de ce genre d'engin, mais l'ambition symphonique et la magnificence de certains parties de claviers ne sont nullement mises en valeur. Tapez-y une rythmique, même néo-progressive, du style  IQ, Arena  ou Nexus, et je vous assure que ce disque en aurait décoiffée plus d'un. Il m'empêche, si vous êtes attirés par les claviers symphoniques et grandiloquents, ce disque mérite assurément que l'on s'y attarde... Car il ne faut pas se montrer trop sévère, Corrado Sardella  avouait récemment un parti pris, et que les bons batteurs, capables d'accompagner valablement ce genre de musique se font rares... O Tempora, O Mores!

Dr. Prog


Doracor is een project van multi-instrumentalist Corrado Sardella  (toetsen/synthesizers/drums/bas) met m.m.v. enkele gastmuzikanten. Antiche Impressioni is zijn derde album. Leuk dat hij als bron van inspiratie ons eigen Cliffhanger noemt naast o.a. Genesis,  Arena, Flame Dream, Cast en Crucis! Het leeuwendeel van deze CD is gevuld met het titelstuk dat bestaat uit drie delen die elk weer uiteenvallen in diverse stukken. Bij beluistering wordt men direkt getroffen door onvervalste toetsembombast middels kerkorgel ejn mooie orkestrale klanken. Daar tussendoor enkele passages met lekker gitaarwerk of wat rustpunten. Maar het is daarna vooral vlotte muziek met een rijk en vol toetsengeluid vol flitsende solo's met dank aan Tony Banks (mid-Genesis), Mark Kelly en Clive Nolan alsmede japanse toetsensymfo in de stijl van Mugen en Dejà-Vu. Voor de grap of als natuurliefhebber heeft Sardella  subtiel de geluiden van honden, schapen, vogeltjes en meeuwen in enkele stukken verweven. Een mooi album met enkele sterke passages. Toch mis ik wel wat diepgang, het klinkt vaak iets te vrijblijvend.

Erik Neuteboom


  • Doracor at Wikipedia
  • Red Canzian Official Website
  • Ian Mosley at Marillion.com
    • Doracor

    Discography

    Passioni postmoderne di un musicista errante (2016) - AMS 274

    La vita che cade (2011) - MMP 522

    Lady Roma (2008) - MMP 504

    Onirika (2007) - MMP 495

    Evanescenze (2005) - MMP 483

    Transizione (2001) - MMP 408

    Antiche impressioni (1999) - MMP 368

    Segni premonitori (1998) - MMP 348

    The long pathway (1997) - MMP 332

    Wanderlust (1995/1996 - unrel. demo)

     


    Vore your favorite album









    Show results



    Corrado Sardella
    Keyboards, Synthesizers

    Red Canzian
    Fretless Bass

    Kostas Milonas

    Drums

    Roberto Tiranti
    Vocals

    Alessandro Corvaglia
    Vocals

    Riccardo Mastantuono
    Guitars

    Maurizio Testani
    Bass

    Patrizio Destriere
    Sax

    Milton Damia
    Vocals, Guitars

    Jacky Man
    Bass

    Mike Wilbury
    Guitars

    Nicola Di GiĆ 
    Guitars

    Mimmo Picco
    Guitars

    Andrea Pavoni
    Keyboards

    Mario Barletta
    Trumpet

    Ian Beabout
    Transverse Flute